4 État des lieux/diagnostic

L'ÉTAT DES LIEUX/DIAGNOSTIC DE QUOI ?

Étape décisive de l’élaboration de la stratégie, il est souhaitable d’effectuer un état des lieux/diagnostic approfondi de l’état actuel du système statistique. Cette évaluation vise à répondre à la question « Où en sommes-nous ? » à travers une description détaillée du Système Statistique National (SSN). Elle doit permettre de vérifier si les produits statistiques sont adéquats et de comprendre l’organisation et la gestion du SSN dans son ensemble.
  
La qualité de l’état des lieux/diagnostic aura des conséquences directes sur la qualité des choix stratégiques à effectuer. Ses résultats fourniront les éléments nécessaires à l’élaboration de stratégies propres à provoquer les changements indispensables. Cet état des lieux/diagnostic doit donc être réaliste, objective, distancié, et critique. Il doit utiliser les meilleures pratiques et être évalué au regard des normes et cadres internationaux le cas échéant.
  
L’état des lieux/diagnostic permettra d’identifier les lacunes devant être comblées. Le plus souvent, ces lacunes résultent d’une inadéquation entre la demande et l’offre de statistiques ou entre les produits et les résultats (l’efficacité du système du point de vue de l’utilisateur), c'est-à-dire d’un décalage en termes de quantité ou de qualité des données disponibles et de service rendu. Cet état des lieux/diagnostic mettra également en évidence les performances du système statistique (efficacité – capacité / produits), et présentera les principaux atouts internes du système et ses faiblesses, ainsi que les menaces externes susceptibles d’affecter son évolution et les opportunités qui devront être saisies. La réussite sera évaluée au regard de la situation de départ. En fait, pour les pays qui achèvent une SNDS, la phase d’état des lieux/diagnostic équivaut au bilan de la SNDS précédente.
  

En particulier, il doit permettre de comprendre trois dimensions principales :

  • État des lieux/diagnostic des produits statistiques.
  • Etat des lieux/diagnostic de la satisfaction et des besoins des utilisateurs.
  • Etat des lieux/diagnostic des capacités du SSN (gouvernance et dispositif institutionnel, infrastructures, informatique).
 
Dans la pratique
La préparation de l’état des lieux/diagnostic global nécessite une analyse rigoureuse de la documentation existante et un examen des résultats des évaluations antérieures éventuelles. Très peu de pays se lanceront dans la formulation d’un plan stratégique à partir de zéro (certains pays conçoivent leur deuxième SNDS) et ce processus visera normalement à améliorer un système statistique national existant.

L’état des lieux/diagnostic commencera par un examen des documents politiques afin d’identifier les domaines importants et les indicateurs nécessaires. En principe, ces documents comprennent les cadres de politiques de développement national et leurs revue (tels que la réduction de la pauvreté et les stratégies sectorielles), ainsi que les documents de politique de développement sous-régional et international (tels que la Déclaration du Millénaire et les rapports des OMD du pays). Il peut également s’avérer approprié à ce stade de prendre connaissance des documents relatifs aux politiques des donateurs potentiels.

L’analyse de l'ensemble des documents pertinents, y compris des rapports existants sur la situation statistique, présentera un premier tableau général du niveau de développement statistique du pays. Le pays lui-même doit  mener et s'approprier toute analyse pertinente du SSN.

 
 
 
1. État des lieux/diagnostic des produits statistiques
  
Les produits statistiques existants et déjà planifiés du SSN feront l’objet d’une évaluation. Chacun des produits clés attendus devra être apprécié en fonction de critères pré-établis, en utilisant par exemple les cadres existants tels que les CEQD (Cadres d’évaluation de la qualité des données).
 
Le Système général de diffusion des données (SGDD) jouera un rôle central au cœur de la SNDS dans la plupart des pays. À l’heure actuelle, un grand nombre de pays dans toutes les régions participent au SGDD et ont donc déjà accompli une grande partie des étapes conduisant à l’élaboration d’une approche stratégique du développement des statistiques. En fait, les pays qui se sont déjà engagés à appliquer le SGDD s’obligent par là même à appliquer ce cadre. Les pays qui ne participent pas encore au SGDD trouveront là une première approche importante.
 
 
Plusieurs questions permettent d’évaluer les produits statistiques :
  •  Quelles sont les statistiques disponibles (stocks), leurs sources et avec quelle facilité les utilisateurs y ont-ils accès (politiques et processus de publication et de diffusion) ?
  • Quel est le degré de qualité des statistiques et comment sont-elles produites (processus de production, méthodes et procédures, application des normes internationales, contraintes et problèmes) traitées, analysées et archivées (politiques informatiques, bases de données) ?
  • Est-il possible de perfectionner le système de gestion des données pour améliorer l’efficacité de la production de statistiques, en réduisant les doublons et en comblant les lacunes du système ?
  • Existe-t-il des définitions claires de l'ensemble des données produites ? Le système d’archivage permet-il l’accès à l'ensemble des utilisateurs et producteurs concernés au sein du SSN et ailleurs ? Le système produit-il les indicateurs appropriés pour évaluer les performances sectorielles ?
  • Les politiques et les plans existants de diffusion pour la production statistique sont-ils adéquats ?
 
Dans la pratique
L’équipe chargée de l’élaboration de la SNDS, en étroite coordination avec l'ensemble des autres unités (cf. PRÉPARATION) et avec le soutien éventuel de consultants, de préférence nationaux, se chargera de l’état des lieux-diagnostic. Avant l’analyse des informations existantes, une classification des produits statistiques et l’inventaire de l'ensemble des unités du SSN faciliteront cet exercice.
  
 
2. État des lieux/diagnostic de la satisfaction et des besoins des utilisateurs
  
Les utilisateurs ont besoin de différents types de statistiques pour différentes utilisations et leur aptitude à utiliser ces statistiques, leur niveau de compétences et la technicité de leur utilisation varient grandement. Il se peut que certains besoins aient dû être non satisfaits en raison d'une carence en statistiques et il convient donc de prendre en considération non seulement la demande actuelle, mais aussi la demande potentielle. Les besoins des utilisateurs ne peuvent être satisfaits s’ils n’ont pas été correctement identifiés, synthétisés, compris et hiérarchisés et si les utilisateurs ne connaissent pas parfaitement l’étendue de la production statistique existante. Il est important de souligner le fait que les utilisateurs ont invariablement une longue liste de besoins en statistiques (une « liste de course »), et aucun effort ne devrait être ménagé pour les aider à identifier leurs priorités. À l’évidence, le choix final des résultats statistiques qui seront traités en priorité dépendra essentiellement du lien qui existera entre les besoins des utilisateurs et les projets nationaux de développement et/ou les programmes nationaux particuliers. Par ailleurs, les besoins et les priorités des utilisateurs évoluent constamment et une consultation et un dialogue permanents avec eux sont nécessaires pour pouvoir suivre cette évolution.
 
 

La consultation et les discussions avec les utilisateurs doivent chercher à répondre aux questions suivantes :

 
  • Comment utilisent-ils les statistiques dans leurs propres activités ?
  • Dans quelle mesure les statistiques requises sont-elles disponibles et les carences en statistiques ont-elles imposé des contraintes aux utilisateurs ; le système existant contribue-t-il à la production des indicateurs appropriés pour surveiller la réalisation des objectifs nationaux en matière de développement et respecter les exigences internationales (les OMD par exemple) et les engagements régionaux ?
  • Les utilisateurs, qu’ils appartiennent ou non à l'administration publique nationale estiment-ils que les statistiques existantes sont adéquates en termes de pertinence, de précision, de cohérence, d’exhaustivité, d’actualité, de niveau de ventilation (géographique, par genre, etc.), de présentation ou de lisibilité des publications, de pratiques en matière de révision des données préliminaires et d’accessibilité aux données, métadonnées et micro-données ?
  • Quelles sont leurs relations avec les principaux producteurs de statistiques et comment perçoivent-ils leur rôle dans le développement du SSN ?
  • Les stratégies de promotion actuelles sont-elles sensibilisent-elle suffisamment le public à l’importance des données produites ; le système fournit-il une formation adéquate pour assister les utilisateurs dans interpréter des données, développer les indicateurs et faire le meilleur usage possible des statistiques ; le système permet-il de réaliser des études sur mesure ou à la demande ?
  • Quels sont leurs besoins et priorités actuels et futurs formulés, en matière de statistique ? Leurs besoins sont-ils liés à des programmes nationaux ou des projets de développement spécifiques ?
  • Comment pensent-ils que leurs besoins peuvent être satisfaits au mieux dans le contexte de la SNDS ?
  • Les utilisateurs sont-ils véritablement conscients des contraintes auxquelles sont confrontés les producteurs et de l’importance d’une méthodologie rigoureuse en matière de production statistique ?
 
 
Dans la pratique
Les besoins des utilisateurs peuvent être évalués à travers différentes approches. Comme pour toute évaluation, l’équipe chargée de l’élaboration pourra souvent s’appuyer sur les processus existants. Toutefois, une évaluation de référence des besoins des utilisateurs (principes de qualité liés aux statistiques officielles) est recommandée pour la SNDS.

Une approche consiste à identifier les personnes intéressées à un type particulier de données en fonction de leurs domaines de prédilection, et d’organiser une rencontre avec ces utilisateurs. La liste préparée lors du processus de PRÉPARATION (cf. PRÉPARATION - Identification des parties prenantes) constitue un bon point de départ pour identifier les principaux utilisateurs de données. Certaines institutions de chacun des principaux groupes d’utilisateurs (cf. PROMOTION) doivent être impliquées dans la consultation et dans les discussions, soit de manière individuelle soit en petits groupes, tandis que d’autres peuvent être invitées à contribuer par écrit. Ce processus doit garantir que les responsables politiques et les décideurs, ainsi que les spécialistes techniques des institutions utilisatrices, sont bien consultés.

Une autre approche permettant d’impliquer les utilisateurs, qui a donné de bons résultats dans un certain nombre de pays, consiste à organiser un atelier pays réunissant les producteurs de données, les utilisateurs de statistiques, et les agences donatrices. Les ateliers traitent de questions statistiques spécifiques qui revêtent un intérêt particulier pour les participants, et encouragent le dialogue entre les groupes de producteurs et d’utilisateurs. Les ateliers se sont avérés utiles pour sensibiliser les participants à l’importance des statistiques, pour élaborer des rapports d’étape sur l’amélioration des données, et pour discuter de questions nouvelles.

Les points de vue des différents utilisateurs seront pris en compte et comparés aux stocks de statistiques officielles. Les informations peuvent également être obtenues au moyen d’un questionnaire ou par des visites et des entretiens auprès des parties prenantes. Cette dernière approche est généralement préférée car elle permet d’éviter des faibles taux de réponse aux questionnaires.
 
Au cours du processus de préparation de la SNDS, les comités sectoriels à créer constitueront un cadre adéquat pour la participation des utilisateurs et l’identification de leurs besoins.


 3. État des lieux/diagnostic des capacités du SSN
 
Cette partie de l’état des lieux/diagnostic concerne le cadre institutionnel et organisationnel du SSN. Les principaux thèmes abordés seront les suivants :
  • Gouvernance:
    o Législation en matière de statistique (caractère adéquat de la législation nationale en matière de statistique ; situation et statut de l’agence centrale de statistiques, incluant des niveaux appropriés d'autonomie et d'indépendance…).
    o Coordination entre les ministères de  et l’INS, entre les unités du SSN.
    o Fixation des priorités au sein du SSN.
    o Aspects organisationnels, notamment le mode de gestion du SSN.
    o Respect de l’éthique professionnelle et des normes et engagements internationaux existants.
    o Mécanismes de consultation entre producteurs et utilisateurs de statistiques et leur fonctionnement, par exemple comités et autres accords de collaboration utilisateurs – producteurs et producteurs – producteurs, et cohérence entre sources, tout en reconnaissant que la situation particulière de chaque pays demande un modèle propre.
  • Infrastructures et équipements : immeubles de bureaux, véhicules, matériel de bureau, etc.
  • Informatique : logiciels, outils de diffusion et d’archivage disponibles, etc.
  • Ressources humaines : politiques en termes d’adéquation des ressources (nombre d’agent, expérience, compétences, qualifications) et de gestion des ressources (recrutement et fidélisation, structures de l’intéressement, existence d’un « corps » des statisticiens ) ; évolution de carrière (formation initiale à la statistique et formation continue) et gestion des connaissances.
  • Ressources financières : le budget alloué au système statistique est-il adéquat pour satisfaire les besoins actuels et prévus ? Quelles parts relatives le budget national et les ressources externes techniques et financières représentent-elles en pourcentage ?

 

 
Dans la pratique 

La correction de carences très courantes dans les statistiques publiées nécessite une bonne compréhension de leurs causes, directes et indirectes. Si la comparaison entre les produits et les résultats aide à identifier les déficiences du point de vue des utilisateurs, la comparaison entre les produits et les moyens aidera à identifier les efforts devant être accomplis pour améliorer l'efficience et l’efficacité du processus de production et constituer un système statistique national durable.
En plus du CEQD, une analyse SWOT peut aider à comprendre l’environnement général et mettre en évidence les atouts, les faiblesses (internes), les opportunités et les menaces(externes). Ce processus conduira à préciser l’évolution et aidera à orienter la vision (cf. PROJECTION
 VERS L'AVENIR).

 
 

 

Outils: